samedi 17 mai 2008

Devoir civique

Devoir civique

Pour qui consulte quotidiennement le site de Cridem, il serait presque inutile de lui rappeler combien les choses bougent en République mauritanienne. Tellement les réactions sur les sujets politiques, sociaux, économiques et démocratiques sont légion. Ce qui, hier, était impossible devient possible aujourd’hui. Personne, désormais, dans la nouvelle Mauritanie émergeant de son passé douloureux doublé des manquements révoltant aux principes démocratiques des temps modernes ne craint d’exprimer haut et fort ses quatre vérités. Nous avons, il est vrai, l’impression que les citoyennes et les citoyens de notre pays commencent enfin à comprendre ce qu’être un (e) citoyen (ne) responsable, refusant de fuir ses responsabilités. Aucun pays au monde, de fait, ne pourra aller de l’avant si au préalable les populations, toutes tendances confondues, n’ont pas conscience qu’elles ont autant de droits que de devoirs. Or, quiconque jette un coup d’œil, si rapide soit-il, sur les articles des nos concitoyennes et de nos concitoyens paraissant sur Cridem ou dans tout autre canal de diffusion d’information, force est sans doute de constater que nous sommes, en Mauritanie, en train d’assister, lentement mais sûrement, à une prise de conscience de nos responsabilités, de nos devoirs. Le devoir de tout citoyen est en effet de s’engager corps et âme dans la « bataille » sociale, politique, économique et démocratique contre toutes les formes d’injustices qui tracassent le quotidien des populations. Le sens de notre devoir civique dans la Mauritanie qui commence à marquer ses premiers pas dans le monde du XXI siècle, c’est de nous opposer, fermement et inconditionnement, à la pauvreté, à la paupérisation de plus en plus inquiétante des centaines de citoyens de notre pays, de dénoncer la dégradation flagrante de notre système éducatif, du ravage du sida, du laxisme, de la corruption de certains de nos fonctionnaires sans scrupule, du laxisme administratif, du favoritisme ethnique ou racial. La Mauritanie de demain ne pourra pas démarrer sans qu’elle ne trouve au préalable une solution adéquate à ces obstacles.

SOUMARE Zakaria Demba

Aucun commentaire: