mardi 18 septembre 2007

La Mauritanie de demain

L'année 1960 fut dans la presque totalité du continent africain une année d'enthousiame accompagnant la fin de plusieurs siècles de domination et d'exploitation économique des peuples colonisés d’Afrique au sud et au nord du Sahara. Les Africains, par la même occasion, venaient de découvrir la liberté dont ils n'avaient pas droit. Cependant, très vite, dans les décennies qui suivirent l'euphorie des indépendances les populations furent déchues par les dictateurs sans scrupules qui ont remplacé les colonisateurs blancs. Le peuple mauritanien, en effet, n'avait pas fait exception à la règle. Quelques années après la proclamation solennelle de notre indépendance par le "père de la nation", Moctar Ould Dadah, le pays s'était retrouvé, durant plus de deux décennies, aux mains des dirigeants qui se préoccupaient très peu (ou pas du tout) de l'intérêt général de la nation. Cette situation ne pouvant pas s'éterniser, les militaires ont décidé d'intervenir pour instaurer un régime "démocratique" permettant aux civiles de prendre en main leur destin. De fait, depuis l'arrivée au pouvoir de Monsieur Sidioca les choses semblent bouger du bon côté. Ce qui n'était pas possible hier commence à l'être aujourd'hui. Les Mauritaniennes et les Mauritaniens découvrent par la même occasion ce que vraiment être libre. Personne aujourd'hui, dans ce pays, ne s'inquiète des conséquences de ce qu' elle pourrait dire dans les médias nationaux ou internationaux. Des sujets qui étaient tabous hier ne le sont plus aujourd'hui : tout se discute au grand jour. Tout cela est un bon signe prouvant que la "construction" d'une Mauritanie nouvelle et démocratique est possible, après plusieurs années de désolation et d'injustices sociales. Les citoyennes et les citoyens de notre pays doivent désormais être résolus d'en finir avec le passé douloureux jalonné de dictature et détouffement de la pensée, et tourner leur regard vers le futur afin d’envisager la naissance de la Mauritanie de demain qui serait composée des citoyens conscients de leurs responsabilités envers eux-mêmes et envers la nation. Il nous est plus permis de nous attarder sur les erreurs de ce passé si nous voulons réellement voir émerger la Mauritanie que nous voulons pour nos enfants. Nous devons apprendre à nous tourner vers l'avenir comme l'ont fait certains peuples dans l'Histoite. En France, par exemple, du Moyen Age au VXIII siècle, le peuple était constamment placé sous l'autorité injuste de l'Eglise et des rois prétendant être les représentants de Dieu sur terre. Cependant, en 1789, les citoyens qui en avaient marrent ont décidé de changer le cours des choses : c'est la Révolution française. Le peuple arracha le pouvoir des mains de ses oppresseurs, et la vie a continué son chemin. Plus près de nous, en Afrique du Sud une partie de la population a souffert pendant plusieurs décennies de l'apartheid. Après plusieurs années de combat et de résistance, la justice a retrouvé ses droits et la vie a repris son cours. Notre pays pourra faire autant. Nous ne devons jamais raté l'occasion qui nous est offerte par l'instauration d'un régime civile après toutes ces années de privation aux droits fondamentaux de l'homme. Nous devons tous, hommes et femmes de toutes tendances confondues, nous unir afin que qu'une Mauriatnie nouvelle et démocratique puise voir le jour.

SOUMARE Zakaria Demba
















Aucun commentaire: